Afrique du Sud

Nom officielRépublique d'Afrique du Sud
Nom propreRepubliek van Suid-Afrika (af) ; Republic of South Africa (en) ; iRiphabhuliki yaseNingizimu Afrika (zu)
ContinentAfrique
Sous-continentAfrique Australe
Population (palmarès : 24e)57 725 606 habitants (2018)
Croissance démographique2,13 % / an
Superficie1 219 912 km²
Densité47,32 habitants / km²
PIB (palmarès : 33e)349,419 milliards $USD (2017)
PIB/habitant (palmarès)6 161 $USD (2017)
Croissance du PIB1,32 % / an (2017)
Espérance de vie (palmarès)64,00 ans (2017)
Taux de natalité21,30 ‰ (2017)
Indice de fécondité2,41 enfants / femme (2017)
Taux de mortalité (palmarès)9,00 ‰ (2017)
Taux de mortalité infantile (palmarès)32,80 ‰ (2017)
Taux d'alphabétisation99,03 % (2015)
Langues officiellesZoulou, afrikaans, anglais (11 langues)
MonnaieRand (ZAR)
IDH (palmarès : 124e)0,699 / 1 (2017)
IPE (palmarès)44,73 (2018)
Nature de l'ÉtatRépublique unitaire parlementaire, régime présidentiel
Chef de l'ÉtatPrésident Cyril Ramaphosa
Fête nationale27 avril (premières élections multiraciales en 1994)
Codes ISOZA, ZAF
GentiléSud-Africaine, Sud-Africain
Touristes (palmarès)10 285 000 personnes (2017)
Afrique du Sud – petite
Voir toutes les cartes
Le problème du sida est plus préoccupant que jamais

L’Afrique du Sud est un pays situé à l’extrémité australe du continent africain. Il est frontalier au nord avec la Namibie, le Botswana et le Zimbabwé, et au nord-est avec le Mozambique et le Swaziland. Le Lesotho est pour sa part un État enclavé dans le territoire sud-africain.

Le Cap. Source : Wildlife Archives

 

Après avoir fortement baissé au début des années 2000, à cause de la mortalité due au sida, l’espérance de vie remonte rapidement la pente. De 2005 à 2017, elle est passée de 54 ans à 64 ans.
Le pays est en proie à une véritable guerre contre le fléau du VIH, mais les médicaments ne sont toujours pas disponibles à des prix abordables et en quantité suffisante, même si leur distribution a été plus large ces dernières années. Des millions de personnes sont déjà mortes, et un rapport de l’ONUSIDA prédit une véritable catastrophe. En 2017, 22 % des morts étaient la cause du sida (116 110 morts). On estime à 7,52 millions le nombre de personnes qui vivent avec le VIH dans le pays en 2018, un record mondial.
La population en subit les conséquences, et la croissance démographique a ralentie, même si le pays a dépassé les 50 millions d’habitants il y a quelques années et sera bientôt à 60 millions d’habitants.

Bourke’s Luck Potholes, Mpumalanga, Afrique du Sud. Source : Wildlife Archives

 

Pourtant, l’Afrique du Sud à un énorme potentiel : bien équipée en industries, infrastructures de transports, systèmes financiers, mines et services, notamment en comparaison du reste du continent, elle est considérée comme le pays le plus développé d’Afrique. Et sa croissance économique durant les dernières années a été très importante, même si celle-ci a chuté en 2009 à cause de la crise mondiale. Le pays a pu compter sur l’organisation de la Coupe du monde de Football en 2010 pour relancer la machine économique.
Malgré cela, il reste un écart de niveau de vie très important entre les plus riches et les plus pauvres. L’accès restreint des noirs aux postes de directions dans la société civile, par exemple, reste un sérieux frein au développement.
La violence engendrée par la misère est de moins en moins contrôlable, ce qui pousse de nombreux jeunes, notamment les blancs et les mieux formés, à quitter le pays pour aller en Europe, en Amérique du Nord ou en Australie (645 098 blancs ont quitté le pays entre 1985 et 2016). Les blancs ne représentent désormais plus que 7,8 % de la population totale (2017).
Les populations les plus pauvres continuent à s’agglutiner dans d’immenses bidonvilles, souvent d’anciens ghettos, dont Soweto, proche de Johannesbourg, est le plus célèbre. Il compte plus d’un million d’habitants.
Ainsi, parfois loin de toute ville importante – et de ses équipements de base – de grandes zones de bidonvilles se forment en pleine « campagne ». Les problèmes engendrés dans ces zones immenses délaissées par les pouvoirs publics, qui semblent impuissants, sont multiples : pollution, hygiène défaillante, équipements sanitaires, sociaux, éducatifs et transports en commun inexistants etc… Le résultat est souvent catastrophique.
Enfin, la mégalopole du Gauteng dépasse les 14 millions d’habitants en englobant une immense zone urbaine formée du nord au sud par Prétoria, Johannesbourg, et Vereeniging, et qui s’étire sur presque 100 km de long !

Voir toutes les cartes ou tous les articles liés
Aires urbaines (2016)
Aire urbainePopulation
Gauteng (Johannesbourg-Prétoria)14 717 040 habitants
Johannesbourg4 949 347 habitants
Le Cap (capitale législative)4 004 793 habitants
eThekwini (Durban)3 661 911 habitants
Ekurhuleni3 379 104 habitants
Tshwane (Prétoria - capitale administrative)3 275 152 habitants
Nelson Mandela Bay (Port Elizabeth)1 263 051 habitants
Buffalo City (East London)810 528 habitants
Mangaung (Bloemfontein - capitale judiciaire)759 693 habitants
Emfuleni (Vereeniging)733 445 habitants
Polokwane (Pietersburg)702 190 habitants
Msunduzi (Pietermaritzburg)679 766 habitants
Thulamela657 982 habitants
Rustenburg626 522 habitants
Mbombela (Nelspruit)622 158 habitants
Bushbuckridge548 760 habitants
Makhado542 416 habitants
Madibeng537 516 habitants
King Sabata Dalindyebo490 207 habitants
Emalahleni (Witbank)455 228 habitants
Matjhabeng (Welkom)428 843 habitants
Matlosana417 282 habitants
Tzaneen416 488 habitants
Nkomazi410 907 habitants
Tubatse (Burgersfort)393 713 habitants
Voir toutes les aires urbaines
Divisions administratives
ProvincesPopulationSuperficie
Cap-du-Nord1 225 555 habitants361 830 km²
Cap-Occidental6 621 103 habitants129 370 km²
Cap-Oriental6 522 734 habitants169 580 km²
État-Libre2 954 348 habitants129 480 km²
Gauteng14 717 040 habitants17 010 km²
KwaZulu-Natal11 384 722 habitants92 100 km²
Limpopo5 797 275 habitants123 900 km²
Mpumalanga4 523 874 habitants79 490 km²
Nord-Ouest3 978 955 habitants116 320 km²
Voir toutes les divisions administratives
Voir aussi