République démocratique du Congo

Nom completRépublique démocratique du Congo
Nom propreRépublique démocratique du Congo - Republiki ya Kongó Demokratíki (lingala)
ContinentAfrique
Sous-continentAfrique Sub-Saharienne
Population (palmarès: 16e)86 895 208 habitants (2016)
Croissance démographique3,070 % / an
Superficie2 345 095 km²
Densité37,05 habitants / km²
PIB (palmarès: 92e)42,056 milliards $USD (2016)
PIB/habitant499 $USD (2016)
Croissance du PIB9,00 %/ an (2016)
Espérance de vie (palmarès)51,46 ans (2015)
Taux de natalité43,69 ‰ (2015)
Indice de fécondité6,45 enfants/femme (2015)
Taux de mortalité (palmarès)13,27 ‰ (2015)
Taux de mortalité infantile (palmarès)88,62 ‰
Taux d'alphabétisation63,82 %
Langues officiellesFrançais (lingala, kikongo, swahili et tshiluba ont le statut de langues nationales)
MonnaieFranc congolais (CDF)
IDH (palmarès: 178e)0,433/1
IPE51,60
Nature de l'ÉtatRépublique, régime semi-présidentiel
Chef de l'ÉtatPrésident Joseph Kabila
Fête nationale30 juin (indépendance de la Belgique en 1960)
Codes ISOCD, COD
GentiléCongolaise, Congolais
Touristes191 000 personnes (2013)
République démocratique du Congo – petite
Un pays riche en matières premières mais ruiné par les guerres

La République démocratique du Congo, parfois appelée Congo-Kinshasa en référence à sa capitale, par opposition au Congo-Brazzaville, son voisin du nord, est un pays d’Afrique centrale. C’est le pays francophone le plus peuplé devant la France.

Katanga, collines verdoyantes
Les collines verdoyantes du Katanga durant la saison des pluies. Photo : Sébastien Lavoie, Wikipédia.

Très riche en ressources naturelles (cuivre, cobalt, or, diamants, charbon etc…), il fait malheureusement partie des pays les plus pauvres du monde car il a été ruiné par des décennies de guerres et de pillages. La richesse par habitant y est ainsi l’une des plus faibles du continent africain.
Sa taille gigantesque, un peu plus de 2,3 millions de km2, lui offre une situation contradictoire : les richesses en ressources naturelles, et la difficulté de contrôler un territoire aussi grand avec très peu de moyens et des infrastructures structurellement défaillantes, notamment en matière de transport. Il est en effet long et difficile de se déplacer à travers le pays, et cela bride son développement économique.
Les guerres qui ont lieu depuis la chute du régime de Mobutu et du Zaïre, ancien nom du pays, ont été très meurtrières (plus de 5,4 millions de morts), et des combats sporadiques ainsi que des violences font toujours rage dans l’est du pays, près du Rwanda et du Burundi notamment, mais aussi dans le nord près de la République centrafricaine et du Soudan du Sud.

Boulevard du 30 juin, Kinshasa
Boulevard du 30 juin, Kinshasa. Photo : MONUSCO/Myriam Asmani.

Cette instabilité politique chronique a ruiné l’économie du pays, longtemps aux mains de bandes armées incontrôlables qui souhaitaient s’enrichir rapidement et prendre le pouvoir localement.
Le pays reste à la traîne en matière d’indicateurs sociaux : le niveau d’accès à l’électricité est très faible (7 % de la population seulement !), aux infrastructures d’assainissement améliorées (20,5 %), les taux de mortalité infantile ou maternelle, le niveau de pauvreté globale ont empêché le pays d’atteindre la plupart des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), selon le dernier rapport du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).
Avec l’aide de l’ONU, le pays est actuellement en train de se remettre en route vers le progrès, des infrastructures sanitaires et sociales sont en train d’être reconstruites. La croissance économique des dernières années, jusqu’à 9 % en 2014, est très encourageante.
La République démocratique du Congo a par ailleurs signé des contrats géants (15 milliards de $, soit l’équivalent de la richesse totale du pays !) avec la Chine, qui puisera dans les richesses minérales du pays en échange de la construction de routes, ponts, voies de chemin de fer, hôpitaux, écoles etc…
Les diverses productions sont en forte augmentation, notamment le cuivre, passé de moins de 200 000 tonnes par an en 2002 à environ 1 million de tonnes actuellement. Le secteur financier est également en plein boum.
En espérant que l’augmentation attendue du niveau de vie de la population puisse enfin permettre de stabiliser ce pays et sa démocratie, car il a un grand avenir de part sa taille, son poids démographique et sa position géostratégique au coeur de l’Afrique.

Voir toutes les cartes ou tous les articles liés
Aires urbaines (2016)
Aire urbainePopulation
Kinshasa12 071 463 habitants
Mbuji-Mayi2 096 991 habitants
Lubumbashi2 096 961 habitants
Kisangani1 474 189 habitants
Kananga1 219 413 habitants
Kolwezi1 078 568 habitants
Bukavu874 460 habitants
Tshikapa727 820 habitants
Boma527 725 habitants
Likasi521 341 habitants
Goma501 306 habitants
Voir toutes les aires urbaines
Divisions administratives
Division administrativePopulationSuperficie
Bas-Congo5 575 000 habitants53 920 km²
Bas-Uele1 093 845 habitants148 331 km²
Équateur1 626 606 habitants103 902 km²
Haut-Katanga3 960 945 habitants132 425 km²
Haut-Lomami2 540 127 habitants108 204 km²
Haut-Uele1 920 867 habitants89 683 km²
Ituri4 241 236 habitants65 658 km²
Kasaï3 199 891 habitants95 631 km²
Kasaï-Central2 976 806 habitants59 111 km²
Kasaï-Oriental5 475 398 habitants9 545 km²
Kinshasa12 071 463 habitants9 965 km²
Kwango1 994 036 habitants89 974 km²
Kwilu3 637 000 habitants78 441 km²
Lomami2 048 839 habitants56 426 km²
Lualaba1 677 288 habitants121 308 km²
Mai-Ndombe1 768 327 habitants127 243 km²
Maniema2 333 000 habitants132 250 km²
Mongala1 793 564 habitants58 141 km²
Nord-Kivu6 655 000 habitants59 483 km²
Nord-Ubangi1 037 000 habitants56 644 km²
Voir toutes les divisions administratives
Voir aussi